Association de Défense

des Droits du Citoyen 

               (A.D.D.C.)

 Association APOLITIQUE , à but non lucratif, régie par la Loi du 1er juillet 1901, créée le 5 avril 2001 et déclarée en Préfecture de Melun le 12 avril 2001 (Dossier n° 21 12549)

https://s.yimg.com/hl/ap/default/150109/je_suis_charlie_lrec_backup1420814756.jpgMême si nous considèrons que l'humour, toutes les formes de liberté, doivent s'arrêter lorsque cela porte atteinte à autrui, nul ne peut être assassiné pour ses idées, parce que nous sommes tous égaux, nous avons tous une valeur humaine quelle que soit notre origine, notre religion ou que l'on soit athée, agnostique...

Le site peut nécessiter le téléchargement d'Internet Explorer pour mieux fonctionner

STATUTS (Extraits)

Article 1er:  Un comité de personnes sensibles à toutes les injustices de cette vie, qu’elles soient juridiques, ou personnelles,qui décide de créer une Association régie suivant les dispositions de la loi de la loi du 1er juillet 1901

Article 2 : Cette association a pour but de dénoncer tout avbus de pouvoir quel qu'il soit ainsi que la corruption, et d'organiser l'information et la défense des intérêts de tout Citoyen sur les questions concernant ces problèmes :   

- Défense de la personne 

- Défense des victimes de l'insécurité

- Droit des Femmes (notamment obtenir des pouvoirs publics qu'aucune femme ayant dénoncé des faits relatifs à l'abus d'autorité en matière sexuelle dans les remations de travail - loi n° 92 1179 - ou concernant ce type d'actes sur ses enfants ou d'autres enfants que les siens, ne puisse en aucun cas être condamnée pour dénonciation calomnieuse par un Tribunal en sa formation civile, si un Tribunal Correctionnel n'a pas établi la plainte "abusive" en vertu de l'article 91 du Code de Procédure Pénale)

- Droit des Enfants

- Droit à la justice  

« L'AFFAIRE GRAZIELLA »

en est la

PARFAITE ILLUSTRATION  

 

25/04/2005, Lettre de Monique JACOB, élue à Roissy en Brie de 1989 à 2001, ex Maire -adjoint de 1991 à 1995, Présidente d'honneur, Vice-présidente et cofondatrice de l'A.D.D.C., à Monsieur CANIVET, Président de la Cour de Cassation:

« POUR CONCLURE, Tout citoyen quel que soit son quotient intellectuel ou sa sensibilité politique, voire ses sympathies pour telle ou telle personne mise en cause, tout élu qui a compulsé l’ensemble de ce dossier administratif et pénal depuis son origine, n’a pu et ne peut que constater les dénis de justice confirmés par des refus manifestes d'informer depuis avril 1994».                                                           

 

 

 

« Tout citoyen, tout élu digne de sa charge ne peut que s'interroger, comme l’ADDC Fédération et moi-même, sur les contre-pouvoirs qui n'ont cessé d'interférer à MELUN depuis avril 1994, voire à la Cour d'appel»

« L'AFFAIRE GRAZIELLA »    Cliquez ici